L’Endométriose : quelques notions pour une meilleure compréhension

12% des patientes en âge de procréer seraient atteintes d’endometriose

L’endométriose est une maladie gynécologique qui atteint environ 1 femme sur 10. Elle est lié au développement du tissu endométrial qui se fait en dehors de l’utérus et qui peut toucher d’autres organes alentours (ovaires, ligaments, rectum, vessie, vagin).

Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

Si la maladie peut être asymptomatique, certains symptômes impactent la vie des patientes de façon plus ou moins sévères :

  • Règles douloureuses (dysménorrhée)
  • Douleurs pelviennes
  • Douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunie)
  • Infertilité
  • Signes digestif et urinaires (dysurie)…

Longtemps ignorée, le délai de diagnostic est long : 6 à 12 ans en moyenne, ce qui prive les patientes de la prise en charge nécessaire à l’amélioration de leur qualité de vie.

Quels sont les types d’endométrioses ?

L’endométriose superficielle

L’endométriose superficielle est une endométriose qui se situe dans la zone périnéale, sans atteinte profonde. L’évolution des lésions restent cependant incertaines mais il est peu probable de voir une évolution sévère.

L’endométriome

L’endométriome ou kyste de l’ovaire peut atteindre le ou les ovaires. Les adhérences entre les trompes et les ovaires sont responsables des douleurs et de l’infertilité de la patiente.
Les kystes endométriosiques (ou endométriomes) sont très souvent liés à une endométriose multiple et profonde (70 à 80 % des cas).

L’endométriose profonde

On parle d’endométriose profonde (ou sous-péritonéale) quand les lésions sont à plus de 5 mm sous la surface du péritoine. Elles peuvent toucher différents organes tels que : le tube digestif, le vagin, l’uretère… et leur provoquer des difficultés de fonctionnement. Nous ne connaissons pas son évolution.

L’adénomyose

L’adénomyose est une endométriose dite “interne” à l’utérus. L’adénomyose est caractérisée par les cellules de l’endomètre qui infiltrent le muscle de la paroi utérine (myomètre). L’utérus peut donc devenir plus volumineux, douloureux et créer des règles hémorragiques.

La douleur dans l’endométriose : le symptôme qui amène à consulter !

L’endométriose peut provoquer de très fortes douleurs (pelviennes, lors des règles, lors des rapports…) et peut amener à consommer des antalgiques puissants tant elles peuvent être invalidantes.

Ces douleurs récurrentes vont entraîner des phénomènes d’hypersensibilisation (dysfonctionnement du système nerveux central) et donc une hyperexcitabilité des neurones, eux-mêmes responsables d’une amplification du message douloureux et d’une hypersensibilité sensorielle.

Ce sont des mécanismes divers qui peuvent s’imbriquer et donc provoquer un syndrome douloureux très complexe.

Preferences

Lorsque vous visitez notre site Web, il se peut qu'il stocke des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences en matière de confidentialité. Il est à noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Notre site Web utilise des cookies, provenant principalement de services tiers. Définissez vos préférences en matière de confidentialité et/ou acceptez que nous utilisions des cookies.